Laury Thilleman victime d'un car-jacking : l'ex-Miss France poursuit ses agresseurs !

Sportive et combative, Laury Thilleman ne s'est pas laissée faire...

Les auteurs de car-jacking sont désormais prévenus, il ne fait pas bon s'en prendre à l'ancienne Miss France. Comme elle l'a raconté dans sa storie Instagram, Laury Thilleman a été victime d'un car-jacking ce mercredi 13 décembre alors qu'elle revenait d'une conférence de presse concernant le raid féminin Finland Trophy du 25 au 29 janvier prochain. C'est en regagnant son domicile suite à cet évènement, qui se tenait dans l'enceinte de l'Ice Kube Bar de Paris, que Miss France 2011 a été victime d'une véritable agression.

"Il était à peu près 21h lorsque je suis sortie de la conférence de presse du Finland Trophy. Je me retrouve boulevard de la Chapelle, en voiture, je conduis, et là, on commence à taper sur la vitre conducteur et à me retourner mon rétroviseur. Naturellement, j'ouvre ma fenêtre pour replacer mon rétroviseur. Je ne comprends pas trop ce qu'il se passe. Et là, il y a deux mecs qui tapent sur la vitre arrière de ma voiture pour détourner mon attention et, ensuite, je vois un bras qui rentre dans ma voiture. Vous comprendrez que c'est une méthode extrêmement bien rodée. Mon téléphone étant placé au niveau de la radio puisqu'il me sert de GPS, le gars s'empare de mon téléphone", a-t-elle raconté sur Instagram.

Réactive, la jeune femme de 26 ans a coursé ses agresseurs : "C'est alors que mon instinct de survie et mon esprit combattif se mettent en route. Ne me demandez pas pourquoi je suis sortie de la voiture, j'ai mis le frein à main, j'ai coursé le mec qui avait mon téléphone. Je me suis retrouvée dans un groupe de dix gars et j'ai récupéré mon téléphone. Plus de peur que de mal, pas certaine que ma réaction était la bonne parce que j'aurais très bien pu prendre un poing dans la figure et me retrouver défigurée."

"Inutile de vous dire que je tremblais, j'étais complètement sous le choc en rentrant dans ma voiture. Mais je vais bien, tout va bien. (...) Soyez vigilants !", conclut-elle, visiblement encore éprouvée.

 

Rubriques

Société