La phallocratie a tué 122 femmes

L’AFP a comptabilisé 122 féminicides depuis janvier 2019, contre 121 cas recensés l’an dernier.

Ce samedi 14 décembre, une femme a été tuée par son conjoint en Guyane à Saint-Laurent-du-Maroni selon le parquet de Cayenne. Ce serait le 122e féminicide depuis janvier 2019 indique le décompte réalisé par l’AFP, excédant ainsi le nombre de cas recensés l’an dernier estimé à 121 meurtres par le gouvernement.

En France, en moyenne, une femme est tuée par son conjoint ou son ex tous les trois jours. Un nombre de récidives qui ne cesse d’augmenter malgré les récurrentes mesures législatives. L’AFP a étudié en détail ces chiffres auprès des forces de l’ordre concernant le décompte de « Féminicides par conjoint ou ex ».

Un bilan désastreux

De ce fait, l’AFP a pu confirmer 122 cas bien que ce nombre pourrait être supérieur car une dizaine d’autres affaires sont encore trop récentes et/ou complexes pour être comptabilisées comme féminicides à ce stade de l’enquête, selon les autorités.

Les meurtres de femmes par leurs conjoints ou ex représentent le degré ultime de violences conjugales. Chaque année, plus de 210 000 femmes en sont victimes en France d’après les dernières données officielles.

Rubriques

Société