L'huile de palme toujours autorisée

Ce jeudi 14 novembre, à l’occasion de l’examen du budget 2020, les députés ont voté un report de l’effacement de l’huile de palme de la liste des biocarburants pour 2026. En prenant cette décision, les députés légitiment et favorisent donc la production ainsi que l’utilisation de l’huile de palme.

Face à ce vote, sans débat, les associations écologistes ont immédiatement réagi en dénonçant “le lobbying éhonté de Total”. Cette accusation provient du fait que Total produit un carburant à base d’huile de palme dans une nouvelle bioraffinerie à proximité de Marseille. En reportant l'exclusion de l’huile de palme de la liste des biocarburants à 2026, cela permet à Total de conserver le régime fiscal avantageux dont bénéficie ces carburants.

Les députés signataires de cet amendement justifie cette décision pour “laisser une période transitoire suffisante de stabilité fiscale et réglementaire aux acteurs économiques français, (...) dans un calendrier (de sortie) deux fois plus rapide que celui proposé par l'Union européenne”. Face à ce “cadeau fiscal” accordé à Total d’un montant d’environ 70 à 80 millions d’euros, le député Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, a réagi : “Ça a été voté en catimini, c'est scandaleux. J'imagine que Total va sabrer le champagne ce soir”.

Rubriques

Société