L’hôpital public en grève

Ce jeudi 14 novembre, c’est une importante journée de mobilisation qui attend les hôpitaux publics. En effet, afin d’exiger davantage de moyens et d’effectifs, l’ensemble du personnel médical est appelé à faire grève. Alors qu’un “plan de soutien” est en préparation par le gouvernement et la ministre de la santé, Agnès Buzyn, cette journée de mobilisation vise à rappeler les conditions de travail parfois déplorables et le manque de moyens.

“Nous ne sommes plus en mesure d’assurer nos missions dans de bonnes conditions de qualité et de sécurité des soins”, c’est le constat formulé par 70 directeurs médicaux de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Parmi les principaux problèmes qu’ils relèvent, on peut retenir : réductions budgétaires, fermetures de lits et de salles d’opération, postes non pourvus, surcharge de travail, épuisement des soignants…

L’hôpital public apparaît aujourd’hui dans un cercle vicieux et cette grève massive traduit cette situation de crise. A l’occasion de cette “mobilisation historique” regroupant tous les syndicats de la fonction publique hospitalière mais également les étudiants, les revendications vont de nouveaux être exprimées : augmentation des salaires de 300 euros, hausse des effectifs et ouverture de lits. Une journée qui s’annonce donc décisive pour la fonction hospitalière publique.

Rubriques

Société