Un journaliste de France 3 parvient à embarquer dans un avion Air France avec le billet d'un autre

A aucun moment il n'a été demandé à ce journaliste de présenter sa pièce d'identité...

Son enquête démontre clairement qu'en France, les conditions de sécurité ne sont pas correctement assurées dans l'aviation civile, tout du moins chez Air France. Benjamin Delombre, un journaliste de France 3, a réussi à embarquer dans un vol Paris-Barcelone de la compagnie Air France, avec un billet qui n'était pas à son nom. Pas une seule fois il n'a eu à présenter sa pièce d'identité. La carte d'embarcation au nom d'un autre passager lui a été suffisante. 

Le test a été réalisé à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, là, le journaliste a échangé son billet avec celui d'un autre passager, Noe Salem. Que ce soit lors du scan de son billet, à l'examen de ses bagages ou bien lors de l'inspection aux rayons X, Benjamain Delombre n'a pas eu à prouver son identité. Le journaliste a simplement dû présenter sa carte d'embarquement, ce qui lui a permis de prendre place à bord de l'avion Air France sous une fausse identité.

En n'effectuant aucun contrôle d'identité en France, Air France réalise 2 millions d'euros d'économies par an

Une fois à bord, le journaliste informe certains passagers et le personnel de la compagnie de la situation, tous semblent médusés. Une heure et demie plus tard, il arrive à Barcelone, où cette fois-ci le personnel de l'aéroport procède bien à des contrôles d'identité, car la loi l'y oblige, ce qui n'est pas le cas en France.

En France, l'absence de contrôle lors de l'embarquement permet à Air France de réaliser 2 millions d'euros d'économies par an. Visiblement le prix de la vie de ses passagers pour la compagnie, qui se contente d'être en règle avec la législation de chaque pays. 

Rubriques

Société