Après avoir torturé et tué un enfant de deux ans en 1993, le britannique Jon Venables est de nouveau condamné pour détention d’images de pornographie infantile.

L’histoire glaçante et surprenante de ce jeune tueur a profondément marqué le Royaume-Uni. En 1993, alors qu’il avait 10 ans, Jon Venables et un complice ont torturé puis tué un enfant de deux ans seulement dans des conditions effroyables.

Tristement célèbre, cette histoire choquante lui avait alors valu le surnom d’”enfant tueur”. A l’issue de son procès, il avait été condamné à une peine de prison à l’âge de 10 ans pour meurtre. Après avoir eu droit à une libération conditionnelle en 2001, deux ans de prison lui avaient été rajoutées en 2010 pour détention d’images pédo-pornographiques.

Ce mercredi 7 février, le jeune homme a été de nouveau condamné à quatre mois de prison pour détention d’images pédo-pornographiques. Lors de son procès, Venables a reconnu posséder un manuel expliquant comment avoir des relations sexuelles de manière “sûre” avec des enfants, ainsi que 1170 photos. Le manuel en question suggère qu’il “envisageant” de perpétrer des « crimes d’ordre sexuel sur des enfants ».  

Un meurtre à l’âge de 10 ans

En 1993, l'Angleterre avait suivie avec effroi l'histoire de ce jeune garçon. C’est au mois de février que Venables et un ami, Robert Thompson, décident de se rendre dans un centre commercial près de Liverpool, où ils voleront quelques objets. 

Suite à cette promenade, ils enlèvent un enfant de deux ans, James Bugler, qui accompagnait sa mère chez le boucher. Ils se sont ensuite rendus près d’une voie ferrée et commencent à torturer le petit James.

Les deux jeunes complices s’amusent à lui jeter des pierres, des briques, une barre de fer de 10 kilos. Deux jours plus tard, il sera retrouvé mort, sans que l’on sache jamais laquelle de ses 42 blessures lui aura été fatale. Les deux tueurs ont été condamnés et envoyés dans des unités spécialisées.

Une nouvelle peine de deux ans pour détention d'images pédopornographiques

En 2001, ils bénéficient d’une remise en liberté conditionnelle, suite à quoi ils obtiennent de nouvelles identités afin de ne pas subir les représailles de la famille Bugler. Ils ont depuis l'interdiction de quitter le Royaume-Uni ou de se rendre dans le Merseyside, où ils ont commis le meurtre.

Alors que Robert Thompson présente des signes de “psychopatie”, Jon Venables semble progresser. Les rapports de son psychiatre sont encourageants et il obtient même l’équivalent du bac.

En 2010, pourtant, il est de nouveau condamné à deux ans de prison pour possession d’images pédo-pornographiques. De nouveau devant les tribunaux, il écope de deux nouvelles années de prison à l’issue desquelles une nouvelle identité lui sera donnée.

« J'ai encore déçu les gens autour de moi »

Février 2018, enfin, 4 mois de prison ont été ajoutés pour la même infraction. Lors de son audience, il a déclaré : « c'est de ma faute, j'ai encore déçu les gens autour de moi ». Le juge Andrew Edis a déclaré que les images étaient « bouleversantes pour une personne ordinaire ». En conséquence, il pourrait ne pas être relâché du tout après avoir purgé sa peine.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !