JO 2018 : une juge canadienne de patinage accusée d'avoir plombé les notes de Papadakis et Cizeron

Alors qu'elle a accordé quatre 10/10 au couple de Canadiens, cette juge canadienne est la seule à n'avoir décerné aucun 10/10 au couple de patineurs français, lors du programme libre...

A-t-elle sciemment avantagé le couple de patineurs canadiens ? La question se pose ce mardi 20 février, lors du programme libre de patinage artistique des JO 2018 de Pyeongchang. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont décroché la médaille d'argent en danse sur glace, derrière le couple canadien composé de Tessa Virtue et Scott Moir. Bien que les Français décrochent ainsi leur première médaille olympique en patinage depuis 2002, des doutes subsistent quant au bien-fondé de leurs notes émises par la juge canadienne. 

Pour le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), la présence dans le jury de la Canadienne Leanna Caron a faussé les notes finales. Car cette dernière, souligne Didier Gailhaguet, est également présidente de la Fédération canadienne des sports de glace. De quoi remettre en cause son impartialité dans les notes distribuées au couple canadien et au couple français. En effet, la juge a octroyé quatre 10/10 aux patineurs canadiens et aucun aux patineurs français, qui en ont obtenu plusieurs des autres juges. 

"L'ensemble des juges les a mis premiers sur la note artistique. Elle les met huitièmes"

"Il y a un problème que nous avons mentionné depuis un bon moment. Les règles permettent à la juge canadienne d'être aussi présidente de la Fédération canadienne en même temps. Si elle peut le faire, elle a le droit de juger. Sur le plan de l'éthique, c'est quelque chose qui n'est pas terrible, ça donne une mauvaise image. L'ensemble des juges les a mis premiers sur la note artistique. Elle les met huitièmes. Bon. No comment", a dénoncé Didier Gailhaguet après l'annonce des résultats. 

Rubriques

Société