Jacques Rançon : la peine maximale réclamée contre le tueur de la gare de Perpignan

Il y a près de 20 ans, Jacques Rançon donnait des frissons à toute la ville : surnommé le tueur de la gare de Perpignan, il s'en prenait aux adolescentes qu'ils violaient et tuaient. L'homme doit être jugé lundi prochain. 

Un verdict doit être rendu à l'encontre de celui qui avait été surnommé le tueur de la gare de Perpignan, dont les horribles meurtres avaient bouleversé la ville quelques années auparavant. 

"L'affaire des disparus de la gare"

C'est lundi 26 mars prochain que doit être rendu le jugement final à l'encontre de Jacques Rançon, ex-cariste-magasinier âgé de 58 ans, connu sous le nom du tueur de la gare de Perpignan. "L'affaire qu'on a appelée l'affaire des disparus de la gare ou l'affaire du tueur de la gare a été une affaire criminelle d'une ampleur exceptionnelle qui a provoqué dans la ville de Perpignan un traumatisme considérable" explique Luc-André Lenormand, avocat général. 
Jacques Rançon avait violé et tué de manière atroce Moktaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez, deux adolescentes dont les corps avaient été retrouvés mutilés en 1997 et 1998, provoquant l'effroi général, ainsi que Sabrina, qui a réussi à s'enfuir. 

"Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société" 

L'avocat a réclamé la peine maximale pour le coupable, qui avait secoué la ville de Perpignan avec ses meurtres effroyables. "Le substitut du procureur me racontera s'être évanoui à la vue du corps de Moktaria", a ajouté le magistrat, qui demande également une peine de sûreté de 22 ans, affirmant devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales "Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société où le droit à la vie est un droit inaliénable". 

La décision sera rendue lundi 26 mars prochain

Rubriques

Société