Immeubles effondrés à Marseille : la mairie pointée du doigt

Suite à l'effondrement de trois immeubles à Marseille en début de semaine, les sauveteurs présents sur place ont déjà retrouvé plusieurs corps. Selon de nombreux habitants, la faute serait rejetée sur la mairie, qui n'aurait pas pris les mesures nécessaires avant l'incident, et qui d'après eux ne réagirait pas plus à l'heure actuelle. 

"Les politiciens n'en ont rien à foutre"

Lundi dernier, trois immeubles se sont écroulés à Noailles à Marseille, dans le 1er arrondissement de la ville. Le bilan ne cesse de s'alourdir : déjà six personnes décédées ont été retrouvées parmi les décombres, alors que les recherches ne sont pas encore terminées.

Face à cela, des habitants expriment leur mécontentement, accusant le manque d'initiative de la part de la mairie : « Ces gens ne sont pas morts à cause de maladie, mais parce que les politiciens n’en ont rien à foutre. Je suis très en colère, la situation existe depuis 30 ans, mais on ne fait rien contre. Pour vous dire, je ne suis même pas sûr que ce drame fasse avancer les choses. C’est une ville schizophrène, vous faites 200 mètres et vous passez de taudis dans lesquels les gens meurent, à des hôtels 4 étoiles. Il faut des punitions contre ces irresponsables », explique l'un d'entre eux. 

"Ça fait plus de 10 ans que le 63 devait être refait"

Certains habitants n'hésitent pas à évoquer des sujets plus sensibles : « La ville de Marseille est la première responsable. La ville préempte les immeubles, puis les laisse pourrir. Ça fait plus de 10 ans que le 63 devait être refait. Pourtant, en janvier dernier, ils ont encore repoussé les travaux de deux ans. Le mal est très profond, nous sommes actuellement gouvernés par une mafia politico-financière. L’expert qui a autorisé le retour des habitants a été payé. Quelle enveloppe a-t-il reçue ? Par qui ? », questionne un régisseur social.

La mairie se défend : « Le numéro 63 avait été muré et sécurisé afin d’en empêcher l’accès. Le propriétaire du 67 rue d’Aubagne a engagé une procédure judiciaire à l’encontre de la copropriété du 65 concernant l’instabilité du mur mitoyen, Marseille Habitat, s’était associé à cette démarche. », ou encore  « Ce dramatique accident pourrait être dû aux fortes pluies qui se sont abattues sur Marseille ces derniers jours. Les autorités judiciaires sont sur place et procèdent à l’analyse des circonstances afin de déterminer les causes exactes de ce drame. », sur Twitter. 

Rubriques

Société