"Il était différent" : les collègues de David Ramault témoignent après le meurtre d'Angélique

Les collègues de ce chauffeur de bus qui a avoué avoir violé et tué la jeune Angélique ont exprimé leur colère après les aveux de ce père de famille, ainsi que leur incompréhension. 

Ils n'en reviennent toujours pas et peinent à y croire. Les collègues de David Ramault, chauffeur de bus à Transpole, le réseau de transports en commun de la métropole lilloise, ne comprennent toujours pas comment l'homme qu'ils côtoyaient tous les jours a pu violer et tuer Angélique, 13 ans"Il y a beaucoup de colère et de dégoût. Le climat est pesant, il y a beaucoup d'incompréhension",  a témoigné un salarié auprès de l'entreprise. 

"C'était la dernière personne qu'on aurait pu suspecter"

D'autant plus qu'après la disparition signalée d'Angélique, David Ramault a continué à se rendre au travail trois jours durant, avant d'être interpellé samedi 28 avril au dépôt de Marcq-en-Barœul (Nord). Ses aveux, qui ont rapidement suivi, sidèrent ses collègues. "On est tous dégoûtés d'avoir pu côtoyer une ordure pareille et surtout les jours qui ont suivi", rapporte un autre collègue de cet homme, condamné en 1996 pour "viol avec arme sur une mineure de moins de 15 ans", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence". "On se sent un peu trahi, il est venu travailler, il fallait avoir du cran pour venir bosser", renchérit un autre salarié de Transpole.

"C'était la dernière personne qu'on aurait pu suspecter", souligne encore un salarié. "C'était un collègue, souriant, il n'a jamais fait une histoire, n'a jamais eu de souci avec personne", assure un autre. "Il était même toujours prêt à rendre service pour dépanner les autres collègues".

Rubriques

Société