« Il bouffait des morceaux de ses victimes, avec de l'ail et du persil » : l'ex-compagne de Michel Lambin raconte

Ce lundi, l'ancienne compagne de Michel Lambin, jugé pour avoir assassiné un gardien d'école en 2002, a livré un récit particulièrement glaçant devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes...

"Je sais que ça va paraître incroyable, mais il bouffait des morceaux de ses victimes, avec de l’ail et du persil, et il me disait que cela n’avait rien à voir avec la viande, que c’était d’une délicatesse", a commencé par raconter Nicole Rossi face à des jurés totalement médusés.

Celle qui a partagé la vie de Michel Lambin, 67 ans, pendant 25 ans jusqu'à ce qu'elle le dénonce à la police en 2005, a détaillé dans un langage fleuri son ex-compagnon. Pour Nicole Rossi, ce dernier est "le mal incarné". Un "fétichiste" qui gardait toujours avec lui un bout de corps de ses victimes. "Si ce n’était pas la tête, c’était les pieds, et si c’était pas les pieds, c’était encore autre chose", a-t-elle précisé.

"Aussi incroyable que cela puisse être, l’enquête l’a confirmé", a réagi ce matin lors de l'audience l’enquêteur Pierre Batty, chef de la brigade criminelle de la police judiciaire de Nice, tout en revenant sur les neuf assassinats qu'aurait commis Lambin entre 1983 et 2002. 

"S’il venait à être relâché, il ne fera rien d’autre que de me découper en morceaux, vivante"

À la barre, Nicole Rossi énumère la série de meurtres commis par son ex-compagnon, dont celui de l'un de ses amis, puis celui du beau-frère de Lambin, Marcel, dont la tête a été, d'après son récit, tranchée avant d'être cuisinée à la cocotte-minute.

Ensuite vient le tour du garagiste qui devait une dette de poker à Lambin et du "copain du garagiste" tué "à Paris en moto". Puis, d'un "autre copain du garagiste" avant que ne soit évoqué l'assassinat de Walter, un ami de Christian Salmon, puis de Christian Salmon lui-même, en 1984. Jugé pour ce meurtre en 1986, Lambin, défendu par Me Jacques Vergès, avait alors été acquitté par la Cour d'assises de Paris. 

En 1993, Nicole Rossi déménage avec Michel Lambin à Caussols, non loin de Grasse. Et les meurtres continuent. Tout d'abord celui d'un "jeune Arabe", Farid Errachdi, tué d'une balle dans la nuque. Puis du gardien d'école Robert Ludi en 2002, des suites d'un contrat. Au passage, Nicole Rossi disculpe Emile Fornasari qui comparaît pour complicité d'assassinat en même temps que Michel Lambin. "C’était pas Émile" le commanditaire du meurtre, sinon Lambin "me l’aurait dit", assure-t-elle.

Puis, Nicole Rossi parle de Jean-Félix Leca, dit "Le Corse". Après avoir "assisté au dépeçage du jeune Arabe", il "était tellement retourné que Lambin pensait qu’il parlerait s’il était arrêté". Enfin, l'ex-compagne de Lambin est revenue sur l'assassinat de Jean-Yves Guerré en 2004, dont le corps sans pieds avait été retrouvé enterré sur le terrain de Lambin, "peut-être pour pas que son fantôme revienne".

"Ce n’est pas un tueur à gages, c’est un tueur en série, et s’il venait à être relâché, il ne fera rien d’autre que de me découper en morceaux, vivante, il me l’a dit à Caussols", conclut-elle.

Des accusations qui ne sont rien d'autre que des "conneries" pour Michel Lambin. "Toutes ces conneries qu’elle raconte, ça a commencé en 1982 quand elle a vu un crâne chez moi à Palaiseau, elle a commencé à dire que c’était une personne que j’avais tuée".

Le procès de Michel Lambin, qui a débuté le 4 décembre, devrait se terminer le 22 décembre.

Rubriques

Société