Les salariés du restaurant O'Tacos e Pigalle sont à bout. Salaires non versés, coups, insultes et menaces... Ils ont décidé de se mettre en grève dans leurs locaux parisiens de Pigalle pour protester contre les méthodes managériales de leur patron. 

Les 24 salariés de l'enseigne parisienne franchisée O'Tacos n'en peuvent plus. Salaires versés un mois sur deux, harcèlement sexuel, violences, menaces... Ils ont décidé de faire grève et d'occuper leurs locaux parisiens à Pigalle, apprenait-on vendredi 09 février. 

Dans leur combat pour dénoncer les pratiques managériales violentes de leur patron, les employés peuvent compter sur le soutien d'élus et de militants communistes. Suite à l'article faisant état de la situation alarmante, publié dans Le Parisien, l'entreprise O'Tacos a annoncé avoir ouvert "une enquête interne" et avoir "suspendu immédiatement à titre conservatoire la licence du franchisé mis en cause".

De nombreux salariés ont confié aux journalistes du Parisien avoir subi les méthodes managériales brutales de la part du patron de la franchise. "Il me faisait des avances, m’envoyait sans arrêt des messages, et m’a même frappée… Quant à mon salaire, il n’était jamais versé dans les temps", a ainsi rapporté une jeune femme au quotidien. 

"Entre les coups, les insultes, les humiliations, il y a un vrai traumatisme. Le patron a reçu une convocation pour le 13 février devant l'inspection du travail, et nous irons aux prud'hommes", a assuré de son côté Hichem Aktouche, secrétaire du syndicat Sud Commerces. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !