Harcèlement sexuel au MJS : l'ancienne patronne des jeunes socialistes affirme avoir subi des attouchements

Laurianne Deniaud, ex-présidente du mouvement du Mouvement des jeunes socialistes (MJS), confie avoir elle-même été harcelée sexuellement par des hauts responsables socialistes...

Alors que ce mardi 14 novembre, huit militantes ont pris la parole dans Libération pour témoigner des agressions sexuelles et du harcèlement qu'elles ont subi de la part de Thierry Marchal-Beck, président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) de 2011 à 2013, sa prédécesseure au poste, Laurianne Deniaud, a réagi aux accusations en confiant avoir elle aussi été victime d'attouchements sexuels.

Des attouchements de la part de hauts responsables du parti socialiste

La première adjointe au maire de Saint-Nazaire, à la tête du Mouvement des jeunes socialistes de 2009 à 2011 raconte ainsi  sur RTL avoir "eu des regards qui (l')ont déshabillée dans des instances du parti socialiste, qui (l')ont rendue plus que mal à l'aise, qui (l)'ont déstabilisée, qui (l')ont empêchée de prendre la parole parfois". Mais ce n'est pas tout, Laurianne Deniaud a également été harcelée par des hauts responsables du parti socialiste : "J'ai eu des textos, des messages insistants de hauts responsables du parti pour m'inviter à dîner dans des hôtels parisiens", a-t-elle poursuivi tout en affirmant même avoir "subi des attouchements lors d'un meeting dans un stade pendant une élection présidentielle de la part d'hommes qui étaient présents dans la foule".

Laurianne Deniaud précise que Thierry Marchal-Beck ne l'a jamais agressé

Visiblement émue et après avoir clairement condamné les agissements présumés de Thierry Marchal-Beck, elle a souligné sur Europe 1 n'avoir "jamais eu de sa part de comportement déplacé, encore moi d'harcèlement et d'agression".

Rubriques

Société