Les lettres d'insultes et de menaces, publiées sur les réseaux sociaux, avaient provoqué une véritable vague d'indignation auprès des internautes qui avaient soutenu la jeune fille harcelée...

Elle a tout inventé, "elle voulait juste qu'on s'intéresse à elle". Pourtant, les lettres de menaces qu'elle disait avoir reçu semblaient bien réelles. "Suiscide toi", "On vas te faire la misère", "à se soire à la sortie", pouvait-on y lire, fautes d'orthographe incluses. Ces menaces d'une violence inouïe, dirigées contre une collégienne des Vosges, avaient fait réagir plusieurs médias et de nombreux internautes sur les réseaux sociaux, où la tante de la jeune fille avait décidé de partager les lettres pour dénoncer le harcèlement scolaire dont se disait victime sa nièce.

Le tweet, publié par Ophélie Dodeman, avait été partagé près de 30.000 fois en quelques jours. On pouvait y lire les lettres pleines d'insultes et de menaces que disait avoir reçues la collégienne. Suite à cette publication, les parents de la jeune élève avaient porté plainte et l'administration de l'établissement scolaire s'était mise en quête des responsables. En parallèle, Ophélie Dodeman avait reçu plus de "200 lettres de soutien adressées à [sa] nièce."

En réalité, ces lettres de menaces étaient fausses, affirme Vosges Matin. "L'enquête des policiers d'Epinal a révélé qu'il s'agissait en fait d'un appel au secours de l'adolescente. Elle voulait juste qu'on s'intéresse à elle", a expliqué le quotidien dans son édition du samedi 2 décembre. 

Après cette révélation, les tweets postés par la tante de la collégienne ont été supprimés, avant que son compte Twitter ne disparaisse à son tour.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !