Grand siècle ?

Ne vous y trompez pas, le Président a beau parler de "start-up","deep-tech" et autre "giga-factories" pour construire la France du XXIe siècle,Emmanuel Macron a décidé de faire comme tous ses prédécesseurs : aborder le problème en homme du XVIIe. Une tradition d’impulsion industrielle étatique qui aboutit aujourd’hui, comme le remarque Jean-Marc Vittori dans Les Echos, à ce qu’en France "à près de 5 % du PIB, l'effort public d'investissement soit les dépenses et diverses aides est le plus élevé des grands pays européens". En matière de capital public "seul le Japon fait plus". Pour quels succès ?Airbus (projet européen) incontestablement, mais au-delà quoi ? Le nucléaire ou les TGV ? Ils "n'ont guère séduit au-delà des frontières" dit gentiment Vittori. Et demain ? On va donc continuer à penser que l’État a les moyens de dessiner l’avenir industriel du pays. Deux chiffres : 1) le plan Macron c’est 30Mds€ pour 5 ans et pour financer des myriades de projets de la naissance de "100 sites industriels de deep-tech par an en France" au "développement du rayonnement culturel" du pays. 2) Le budget annuel en R&D des GAFAM est de 70Mds$. Sans commentaires.

Rubriques

Société