Gérard Collomb révèle que Radouane Lakdim devait être "mis en veille'

L'auteur des attaques de l'Aude avait rendez-vous avec la DGSI pour se voir signifier la fin de sa surveillance...

Radouane Lakdim, le terroriste qui a tué plusieurs personnes dans l'Aude vendredi dernier, devait rencontrer la DGSI prochainement pour se voir signifier la fin de sa surveillance, révèle le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Les renseignements intérieurs avaient ainsi jugé que le jeune homme, toujours fiché S pour son islam radical, ne représentait pas un danger immédiat et avéré. Il allait donc être "mis en veille".

Radouane Lakdim avait été jugé comme peu dangereux

"Il avait reçu une convocation pour lui dire qu'on allait finalement laisser son dossier. Un examen fait par le GED (le groupe d'évaluation départemental) et toutes les écoutes qui avaient été réalisées, en même temps que les sources humaines qui étaient près de lui, montraient que finalement, il n' y allait pas y avoir d'attaque précoce", a expliqué Gérard Collomb, avant de préciser : "Tout le monde pensait que les choses devaient être laissées en état [...] Radouane Lakdim allait être mis en veille". 

La compagne de Radouane Lakdim mise en examen

Radouane Lakdim, qui serait ainsi resté fiché S, aurait été nettement moins surveillé, car considéré comme moins dangereux. Sa compagne de 18 ans, placée en garde à vue après les attentats, a été mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste. Convertie à l'islam à 16 ans, elle se dit pro-djihad armé et qualifie la France de pays de mécréants. Elle regrette que son compagnon n'ait pas fait plus de victimes lors de ses attaques.

Rubriques

Société