Gérard Collomb en a marre de passer pour "le facho de service"

Le ministre de l'Intérieur, en charge de prendre des mesures sur l'accueil des migrants en France, se plaindrait en privé des nombreuses critiques qu'il doit essuyer au quotidien, notamment celles émanant d'associations qui n'ont pas digéré sa circulaire permettant aux préfectures de contrôler les migrants dans les centres d'accueil...

Gérard Collomb se sentirait bien seul pour faire face aux nombreuses voix qui s'élèvent pour lui reprocher sa gestion de la crise des migrants sur le territoire français. Le ministre de l'Intérieur en voudrait notamment au Premier ministre, Edouard Philippe, de le laisser aller au front sans soutien, nous apprend Le Canard Enchaîné. 

Fortement critiqué depuis la publication d'une circulaire, le 12 décembre dernier, permettant aux préfets de procéder à des contrôles de la situation administrative des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence, Gérard Collomb aurait le sentiment de faire l'objet d'un procès "malhonnête" de la part de la grande majorité des associations concernées, qui fustigent sa politique.

Edouard Philippe "ne se mouille pas"

"Si l'on veut vraiment agir pour protéger les migrants qui risquent leur vie dans les pays dont ils viennent, il faut bien savoir qui est qui", argumenterait-il en privé tout en soulignant : "Et s'ils ont le droit à l'asile politique ou pas. Car si ce sont des Syriens, des Érythréens ou des Soudanais, ce n'est pas la même chose que s'ils sont Sénégalais."

La plus grande difficulté pour le ministre de l'Intérieur concernerait le peu de soutien qu'il reçoit du gouvernement : "J'ai plutôt l'impression qu'Edouard Philippe compte les points, reçoit les associations, mais ne se mouille pas", estimerait-il, expliquant que "c'est parce que, depuis des années, les gouvernements n'ont pas une politique claire que les Français ne comprennent pas ce que l'on fait en matière d'immigration. Et qu'ils vouent pour les extrêmes".

Rubriques

Société