Le profil de l'homme qui a ouvert le feu, samedi 3 février dans les rues de Macerata (Italie), se précise. 

Six Africains ont été blessés samedi 3 février, par des tirs en provenance d'une voiture de sport qui circulait dans les rues de Macerata, au centre de l'Italie. Au volant du véhicule, un jeune italien au crâne rasé, sympathisant de l'extrême droite. Interpellé, son profil se précise.

Ce dimanche 4 février, lors d'une perquisition menée au domicile de l'auteur présumé des coups de feu, Luca Traini, les carabiniers italiens ont découvert une copie de "Mein Kampf", ainsi qu'un livre d'histoire sur Benito Mussolini, un magazine sur la jeunesse fasciste et des croix celtiques. 

Une fusillade motivée par le meurtre d'une Italienne par un demandeur d'asile

Les enquêteurs ont également saisi les ordinateurs de Luca Traini, dans le cadre d'une enquête ouverte pour tentative de "massacre aggravé par un objectif raciste". Le jeune homme, de nationalité italienne, est aussi accusé de "port illégal d'arme". Selon l'enquête, Luca Traini, crâne rasé et tatouage d'inspiration fasciste sur la tempe, a vidé deux chargeurs de pistolet semi-automatique en visant des hommes noirs.

Face aux enquêteurs, le tireur a expliqué avoir été motivé par la mort d'une jeune femme, Pamela Mastropietro, dont le corps a été découvert découpé en morceaux dans des valises. Son meurtrier présumé est un Nigérian demandeur d'asile.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !