La France ne laissera pas des djihadistes français être condamnés à mort, assure la ministre de la Justice

Nicole Belloubet a assuré que la France interviendrait si l'un de ses ressortissants parti faire le djihad était condamné à mort par un tribunal irakien.

Invitée au micro du grand jury RTL-Le Figaro-LCI, la ministre de la justice Nicole Belloubet a assuré que Paris interviendrait pour empêcher que des djihadistes français partis combattre avec Daech et capturés en Irak et en Syrie ne soient condamnés à mort. "Comment la France, qui a aboli la peine de mort, pourrait-elle tolérer qu'un de ses ressortissants la subisse, quels que soient ses crimes ?", a questionné Nicole Belloubet. 

Interrogée sur les actions envisagées par l'Etat pour empêcher d'éventuelles condamnations à la peine capitale, la ministre de la justice a indiqué que le gouvernement français pourrait alors "négocier avec l'Etat en question", "au cas par cas", a-t-elle précisé. 

Jusqu'à présent, le gouvernement français s'était dit favorable à ce que les ressortissants français partis combattre aux côtés de l'Etat Islamique soient jugés sur place, à condition toutefois de bénéficier d'un procès équitable. "En tant que ministre de la Justice, je suis évidemment extrêmement attachée à un procès équitable", a réaffirmé Nicole Belloubet ce dimanche. 

Quelques dizaines de Français se trouvent actuellement dans des camps de détention en Irak et en Syrie, avec plusieurs mineurs. 

Rubriques

Société