Finkielkraut insulté par un salafiste

L'individu qui a proféré des insultes antisémites ce samedi, en direction de l'académicien Alain Finkielkraut, est connu des services de police pour évoluer dans la mouvance salafiste. Une enquête a été ouverte. 

L'un des gilets jaunes ayant pris à partie Alain Finkielkraut à la sortie de son domicile, ce samedi à Paris lors de la manifestation des gilets jaunes, est connu pour son appartenance à la mouvance salafiste. 

"Barre-toi, sale sioniste de merde", "grosse merde sioniste", "nous sommes le peuple", "la France, elle est à nous", a notamment vociféré l'homme, accompagné de plusieurs manifestants, face au philosophe qui se trouvait dans la rue. 

L'homme barbu a rapidement été identifié comme un individu évoluant dans la mouvance salafiste, qui n'habite pas à Paris et est connu de certains gilets jaunes pour sa violence. Cet individu ne figure toutefois pas dans le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 

Ce dimanche, le parquet a annoncé avoir ouvert une enquête pour "injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion, par parole, écrit, image ou moyen de communication électronique". La ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) a pour sa part fait savoir qu'elle allait saisir la justice.

De son côté, Alain Finkielkraut a déclaré qu'il ne porterait pas plainte, se disant "ni victime, ni héros". Pour l'heure, aucun des manifestants ayant insulté le philosophe n'a été interpellé. 

Rubriques

Société