Fillon aurait donné 300.000 euros à Sarkozy durant la primaire de la droite

François Fillon serait venu en aide à Nicolas Sarkozy, dont les comptes étaient dans le rouge...

Après la primaire de la droite en vue de la présidentielle, l'ex-chef d'État Nicolas Sarkozy aurait demandé à François Fillon, candidat en lice pour la présidentielle, 300.000 euros. Une somme censée lui permettre de boucler ses comptes de campagne, assure Patrick Stefanini, dans son livre "Déflagration" (éditions Robert Laffont).

Dans cet ouvrage, écrit avec Carole Barjon, journaliste à L'Obs, l'ex-directeur de campagne de François Fillon durant la présidentielle revient sur ce deal financier conclu entre Nicolas Sarkozy et François Fillon. Patrick Stefanini, qui avait démissionné de son poste avant le premier tour pour cause de désaccord avec le candidat de la droite empêtré dans des affaires judiciaires, dresse un portrait au vitriol de ce dernier. 

Le décrivant comme un homme froid et distant avec ses équipes, il raconte que le pacte concernant la somme de 300.000 euros a été scellé entre les deux politiciens après un déjeuner organisé à la demande de Nicolas Sarkozy, le 25 février 2017. Les comptes de l'ex-président sont dans le rouge après sa campagne présidentielle, et Les Républicains lui demandent de rembourser 300.000 euros au parti.

François Fillon décide d'accepter de donner cette somme à Nicolas Sarkozy, raconte Patrick Stefanini. Pour ce faire, il puise dans la caisse de son micro-parti, Force Républicaine, qui comptait à cette époque pas moins de 10 millions d'euros suite à sa victoire à la primaire. L'opération est tout à fait légale puisque les micro-partis sont autorisés à donner de l'argent à d'autres partis.

Le 15 février suivant, Nicolas Sarkozy et François Fillon se retrouvent une nouvelle fois. Alors que le Pénélope Gate plombe la campagne de ce dernier, la rencontre est très "chaleureuse". Le candidat LR à la présidentielle remet alors une enveloppe à l'ancien président de la République, laquelle contient 200.000 euros.

Puis, un dernier versement de 100.000 euros sera effectué quelques jours plus tard sur les comptes de l'association de financement de Nicolas Sarkozy par Vincent Chriqui, nouveau directeur de campagne de François Fillon.

« J’en ris encore », écrit Patrick Stefanini, faisant référence à la « piètre image »  renvoyée alors par Nicolas Sarkozy, dont les comptes de la campagne présidentielle de 2012 avaient été invalidés par le Conseil constitutionnel.

Rubriques

Société