Fatigue chez les députés LREM : création d'une cellule de soutien

Une dizaine de députés La République en Marche s'apprête à créer un groupe de soutien pour apporter leur aide à de nombreux élus, exténués par le rythme de la vie parlementaire...

Quelques députés de La République en Marche seraient en train de mettre sur pied une cellule de soutien informelle, afin de soutenir les élus en proie aux coups de mous et aux états d'âme, causés par le rythme intense de leurs fonctions. Ils entendent ainsi lutter contre les signes de fébrilité qui se multiplient depuis que Christophe Castaner a été élu à la tête du mouvement.

"Notre préoccupation principale est l'autre"

Ce vendredi, une centaine d'élus et d'adhérents ont présenté collectivement leur démission, juste avant le Congrès. La veille, un débat avait été organisé afin de répondre au mécontentement de nombreux élus qui critiquent le manque de transparence et de démocratie en interne. Mais à la fatigue morale semble désormais s'ajouter la fatigue physique. "Le calendrier législatif du premier trimestre 2018 sera très intense", prévient l'entourage du Premier ministre dans Le Monde, ce samedi.

Une prévision qui risque fort d'épuiser un peu plus les députés, déjà soumis à "un rythme quasi de crise", expliquent ces mêmes sources. Et "ça va continuer", assure-t-on. Pour épauler les députés LREM "à fleur de peau", une dizaine d'entre eux vont donc former un point d'appui qui officiera au sein de l'Hémicycle. Baptisée "Care", cette cellule de soutien, missionnée par Richard Ferrand, est déjà en train de réfléchir à l'organisation du prochain séminaire parlementaire qui aura lieu au printemps prochain. "Notre préoccupation principale est l'autre", résume ainsi un élu.

Rubriques

Société