Fatigue aux urgences hospitalières

Cela fait bientôt trois mois que la crise aux urgences hospitalières perdure. Jeudi 7 juin, une manifestation nationale devrait avoir lieu à 13h à Paris.

Le mouvement de grève aux urgences hospitalières a commencé au cours du mois de mars à Paris, et se déroule désormais dans plusieurs dizaines d’établissements. Au Ministère de la Santé, la pression monte de plus en plus. Mercredi 6 juin, l’Ordre des médecins a lancé une “concertation d’urgence” dans le but de prendre des mesures.

À Lons-le-Saunier, dans le Jura, des gendarmes ont dû faire appel en pleine nuit à des soignants parce que des médecins s’étaient soudainement déclarés malades alors qu’ils étaient censés être présents et opérationnels. Les praticiens ont alors été mis en cause mais le syndicat Jeunes médecins a déposé une plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui. L’organisation est aussi indignée par le maintien des manifestations sportives, alors que celles-ci peuvent engendrer encore plus de blessés. À Paris, ils ont été une quinzaine d’infirmiers et d’aides-soignants à déserter les urgences pendant la nuit de lundi à mardi. C’était pour eux un moyen de se faire entendre et de prouver que le personnel est à bout. Tandis que les urgences débordent de patients.

Rubriques

Société