Face à la menace terroriste, le match Belgique-Japon a failli être annulé

Les services de sécurité étaient sur les dents mardi soir à Bruges. Alors que se tenait le match Belgique - Japon, les autorités faisaient face à une menace terroriste jugée crédible.

Heureusement aucun incident n'a été à déplorer au cours de la soirée. Mais le coup d'envoi du match Belgique - Japon a failli n'être jamais donné. Car les autorités belges ont pensé à annuler la rencontre face à une menace d'attentat terroriste jugée crédible par la police affirment ce mercredi les médias belges.

"Une heure avant le match, nous ne savions pas si nous allions jouer", a confirmé le porte-parole de la fédération belge, Stefaan Van Loock. La police de Bruxelles aurait, grâce à des écoutes téléphoniques, appris qu'un attentat était programmé près du stade Jan Breydel, de Bruges. 

Les autorités ont donc envisagé pendant un temps l'annulation du match, mais finalement, elles ont préféré renforcer les contrôles à l'entrée du stade. C'est pourquoi de nombreux spectateurs n'ont pas pu voir le début du match. Certains sont même entrés dans l'enceinte plus d'une demi-heure après le coup d'envoi. Finalement, la police a redescendu son niveau d'alerte et les spectateurs ont pu quitter le stade sans le moindre problème.

Rubriques

Société