Les chercheurs recommandent de se fier aux données parues dans la presse, qui sont nettement plus fiables que celles comptabilisées par les forces de l'ordre aux États-Unis...

En 2015 aux États-Unis, plus de 1.166 personnes ont été tuées par la police. Pourtant, plus de la moitié de ces morts n'ont pas été recensées comme il se doit par les autorités, affirme une étude publiée dans le journal PLOS Medecine.

"Pour bien s'attaquer au problème des décès causés par les forces de l'ordre, le public a besoin de meilleures statistiques sur qui est tué, où, et dans quelles circonstances", explique l'un des chercheurs à l'origine de cette étude, Justin Feldman, qui précise : "Mais nous avons découvert qu'une autre méthode, consistant à compiler des données de presse, pouvait servir à résoudre ce problème".

Les autorités n'ont recensé que 44,9% des 1.166 homicides causés par la police en 2015

Les chercheurs ont par leur travaux confirmé que les données concernant les homicides causés par la police -sujet particulièrement sensible aux États-Unis, où les Noirs sont statistiquement majoritaires parmi les victimes- ne faisaient pas l'objet de remontées fiables. Ainsi, leur propre étude a conclu qu'en 2015, 1.166 homicides policiers avaient eu lieu sur le territoire américain, alors que la seule base de donnée gérée par les US Centers for Disease Control's National Vital Statistics System (NVSS) n'en a comptabilisé que 44,9% du total réel. 

Des écarts de comptabilité qui sont particulièrement criants dans les quartiers noirs paupérisés, et notamment les victimes mineures, mortes d'une décharge fatale de Taser.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !