États-Unis : une exécution tourne mal dans l'Ohio

Un homme de 69 ans, gravement malade, devait être condamné à mort mercredi dans l'Ohio. Alors qu'il devait recevoir une injection létale, les agents pénitentiaires n'ont jamais réussi à trouver sa veine.

Son exécution a été repoussée. Alva Campbell, un détenu gravement malade de 69 ans devait être mis à mort mercredi à 10 heures précises. Mais les agents pénitentiaires chargés de lui injecter le produit n'ont pas réussi à trouver une veine assez solide pour supporter la perfusion de substances mortelles. 

L'homme avait été condamné pour le meurtre d'un homme de 18 ans en 1997. Selon les journalistes témoins de la scène, les agents ont essayé, pendant de longues minutes, de lui poser un cathéter veineux sur le bras et sur la jambe, afin de lui administrer le fameux produit. Après de nombreuses tentatives infructueuses, ils ont fini par renoncer. "Les tentatives de pose d'une intraveineuse se sont soldées par un échec. Une nouvelle date d'exécution va être fixée", a déclaré JoEllen Smith, porte-parole des services pénitentiaires dans l'Ohio.

"Deux heures de torture"

Dans un communiqué, l'Union américaine pour les libertés civiles a dénoncé cette tentative de "près de deux heures de torture" que le prisonnier a subie. Le condamné avait été amené en fauteuil roulant jusqu'à la pièce réservée aux exécutions.

"Il s'agit de la cinquième exécution ratée en Ohio en quelques années, et c'est la deuxième fois que l'État n'arrive pas à aller jusqu'au terme d'une exécution. Ceci n'est pas la justice et ceci n'est pas humain", a ajouté l'association.

Gravement malade, Alva Campbell avait un oreiller médical spécial dans la salle d'exécution pour l'aider à respirer. Souffrant d'une grave insuffisance pulmonaire, il a besoin de quatre traitements d'assistance respiratoire par jour. Équipé d'une poche de colostomie, il ne peut se déplacer seul.

Rubriques

Société