Aux États-Unis, une musulmane pratiquante a obtenu 85.000 dollars de dédommagement après que les policiers lui ont enlevé son voile en garde à vue.

Les faits remontent à mai 2015, lorsque Kirsty Powell, musulmane américaine de 33 ans, a été arrêtée à l'occasion d'un contrôle routier, sur des chefs d'accusation encore en cours d'examen.

Au moment de son interpellation, les policiers lui ont demandé de retirer son voile. Une demande rejetée par l'intéressée, que les agents de police ont alors forcée à obtempérer avant de la placer, sans voile, en garde à vue. “Madame Powell porte le voile dans le cadre de ses croyances religieuses et a été forcée de passer la nuit tête nue quand elle était en détention”, peut-on lire dans un communiqué du Conseil des relations américano-islamiques qui assure au passage que la jeune femme a été "traumatisée" par cette expérience.

“Je ne souhaite à personne de traverser ce que j'ai ressenti pendant cet épisode”, a confié l'Américaine.

Un dédommagement croustillant

Kirsty Powell, consciente que le système est de son côté, a porté plainte contre les policiers et obtenu gain de cause : la ville de Long Beach, près de Los Angeles, a décidé de lui verser 85.000 dollars de dédommagement, soit près de 72.300 euros. En réaction à cette affaire, la commune ainsi que d'autres localités des comtés d'Orange et de San Bernardino ont étoffé leurs réglementations afin de protéger le droit au voile islamique dans le cadre d'une détention.

Désormais, seules des policières auront le droit de retirer le voile d'une détenue "quand c'est nécessaire pour la sécurité de l'agent", et uniquement en l'absence de policiers ou de détenus masculins, a déclaré le procureur assistant de la ville de Long Beach au Los Angeles Time.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !