Escort boy, il balance les noms de plus de 30 prêtres homosexuels

Ce "gigolo" napolitain a contacté le diocèse de Naples pour fournir les noms d'une trentaine de prêtres homosexuels avec lesquels il affirme avoir eu des relations sexuelles. Un dossier particulièrement fourni, que le jeune homme a constitué pour dénoncer "l'hypocrisie" de l'église sur cette question. 

Des photos des pénis des prêtres et séminaristes

«Je parle de pêchés, pas de crimes». Ainsi s'exprime Francesco Mangiacapra, un escort boy italien qui est à l'origine depuis fin février d'un vaste scandale au sein du diocèse de Naples. Le trentenaire a même été reçu par le chancelier, Mgr Luigi Ortaglio, pour lui remettre un dossier particulièrement étayé de 1.200 pages de conversations Whatsapp, comprenant entre autres des photos de pénis. Dans ce dossier, l'Italien qui possède une formation d'avocat met en cause une trentaine de prêtres ainsi que six séminaristes, dont il pointe du doigt l'hypocrisie au sujet de l'homosexualité.

«Je veux expliquer tout de suite que mon geste n'est pas contre l'Eglise catholique, paradoxalement, c'est en faveur de l'Eglise»

«Il ne s'agit pas d'ac­cu­sa­tions, car je ne trans­mets pas de crimes péna­le­ment répré­hen­sibles», s'est justifié dans les médias italiens Francesco Mangiacapra. L'escort boy explique avoir voulu dénoncer l'existence d'un «réseau gay» au sein même de l'Église. Il dit vouloir «aider» l'institution en dénonçant l'«hypocrisie» ambiante au sujet des homosexuels. «Il s'agit d'in­vi­ter ces personnes à faire leur mea culpa concernant la compatibilité entre leur col romain et la conduite qu'il implique. Je veux expliquer tout de suite que mon geste n'est pas contre l'Eglise catholique, paradoxalement, c'est en faveur de l'Eglise», précise le trentenaire.

Avec ce dossier, Francesco Mangiacapra affirme également vouloir «que les gens arrêtent de prêcher la haine des gays». «Le but n'est pas de faire du mal aux personnes mentionnées mais de les aider à comprendre que leur double vie, bien qu'elle semble pratique, n'est pas utile, ni pour eux, ni pour les gens qu'ils sont censés guider», explique-t-il. 

Rubriques

Société