Enseignante frappée par une élève à Marseille : la famille de la collégienne minimise les faits

Au lendemain de l'agression d'une enseignante dans un établissement des quartiers nord de Marseille, la famille de la collégienne de 12 ans accusée d'avoir frappé sa professeure a réagi en invoquant un "réflexe de défense".

Alors que l'affaire n'est pas encore réglée, la famille de l'élève de 5ème qui a violemment agressé l'une de ses enseignantes dans le collège Rosa-Parks de Marseille (15e arrondissement) a pris la parole dans les médias. La grande soeur de la mise en cause affirme notamment que cette dernière ne voulait pas se montrer violente et qu'elle a agi par pure "réflexe de défense". 

La collégienne, exclue du cours de musique et privée de son téléphone portable, aurait d'après sa soeur subi des remontrances exagérées de la part de sa professeure. "Elle s'est sentie agressée. Elle lui a tiré les cheveux, mais ce n'est pas allé plus loin, assure-t-elle. Elle a rapidement regretté son geste et a tenté d'aller la voir, mais elle était déjà partie et ne sait pas ce qu'il s'est passé ensuite", a-t-elle affirmé à La Provence. 

Une version qui diffère totalement de celle donnée par l'enseignante en question et d'autres témoins. La professeure de musique affirme notamment avoir été rouée de coups par l'élève, puis poursuivie dans les couloirs par celle-ci.

L'enseignante, qui durant l'agression a chuté dans les escaliers, s'est vue prescrire 7 jours d'ITT. Elle a déposé plainte pour coups et blessures et la jeune fille incriminée devait être entendue ce matin par la police.

Rubriques

Société