Emmanuel Macron entame sa première tournée africaine

Emmanuel Macron est attendu lundi soir au Burkina Faso : c'est le début d'une tournée africaine durant laquelle il se rendra aussi en Côte d'Ivoire et au Ghana, le but étant de moderniser les relations franco-africaines.

Recentrer les relations franco-africaines sur l'entrepreuneuriat, la jeunesse et l'éducation, tel est l'enjeu de la visite de la tournée africaine du président de la République, qui commencera au Burkina Faso pour se poursuivre en Côte d'Ivoire et au Ghana.

Un ton qui se veut moderne

Emmanuel Macron s'est donné pour objectif de se montrer convaincant auprès de la jeunesse africaine, dont l'hostilité à l'égard de la présence française sur le continent ne cesse d'augmenter. À cela s'ajoutent un flux migratoire croissant ainsi qu'une menace terroriste permanente au Sahel, à laquelle les troupes françaises font difficilement face.

Conscient qu'il n'est pas nécessairement bien vu d'aborder le passé colonial de la France comme il l'avait déjà fait durant la campagne présidentielle lors de sa visite polémique à Alger, le président français évoquera plutôt le partenariat économique entre la France et l'Afrique, l'entrepreneuriat, l'éducation, le sport ou encore les énergies renouvelables.

Des réponses "sans filtre" aux questions des burkinabés

Cette visite d'Emmanuel Macron présente une particularité : le président a inauguré cet été un "Conseil présidentiel pour l'Afrique". Celui-ci est composé en grande partie de jeunes entrepreneurs binationaux, et accessoirement de Sarah Magida Toumi, présidente de l'association islamiste Lallab. Information que Macron s'est bien gardé de mettre en avant.

Lors de sa première étape, le Burkina Faso, il prononcera mardi un discours à l'université de Ouagadougou devant quelque 800 étudiants. Il répondra ensuite à leurs questions, "sans filtre", a promis l'Élysée qui admet que "ce public n'a pas forcément une bonne image de la France".

Rubriques

Société