Les emballages des hamburgers, des frites ou des desserts enveloppant la nourriture contiennent des substances nocives pour la santé, notamment des composés fluorés, soupçonnés de favoriser les cancers du rein, des testicules ou un retard de développement foetal.

En plus d'un excédent de calories important, un hamburger dévoré à la va-vite pourrait exposer les consommateurs à un risque accru de cancer. Une étude publiée dans la revue Environmental Science and Technology Letters en est arrivée à cette conclusion.

Des chercheurs de l'Université de Notre-Dame (USA) ont analysé plus de 400 échantillons d'emballages, provenant de 27 enseignes de fast-food bien connues et appréciées. Le verdict est plutôt alarmant, puisque ces analyses ont révélées des traces de produits chimiques perfluorés (PCF) dans la moitié des emballages de dessert, dans la majorité de ceux des sandwichs et un carton de frites sur cinq. Ces produits éviteraient d'avoir les mains graisseuses.

Mais les PCF "entre dans la circulation sanguine, s’accumule et cause des maladies" indique le Pr Graham Peaslee, auteur de l'étude qui dénonce la présence de ces produits dans les contenants alimentaires. D'autres études ont montré le lien entre les PCF et le cancer du rein, des testicules, les maladies thyroïdiennes, un retard de développement foetal... 

Et ces substances nocives ne s'éliminent que très lentement de l'organisme. Mais le contact avec les PFC doit être prolongé avant d'être un réel risque pour la santé.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !