Édouard Philippe « assume complètement » son vol à 350.000 euros

Épinglé pour avoir préféré prendre un vol au coût exorbitant de 350.000 euros pour rentrer du Japon, le Premier ministre se défend et assume.

Alors que la polémique enfle suite aux révélations concernant un vol privé entre Tokyo et Paris, emprunté par le Premier ministre et sa délégation pour 350.000 euros, Edouard Philippe dit assumer "complètement" ce choix, tout en expliquant qu'il est "compliqué" et "cher" de se déplacer lorsque l'on est Premier ministre.

"C'est compliqué de déplacer le Premier ministre, et c'est cher. Je comprends parfaitement à la fois la surprise et les interrogations que se posent les Français", a-t-il déclaré ce mercredi matin sur les ondes de RTL. "Je l'assume complètement cette décision, je l'assume tellement que je veux l'expliquer", a-t-il poursuivi.

"On savait qu'il n'y avait pas de vol commercial à l'heure où on allait rentrer. Et on savait qu'il fallait rentrer pour un élément impératif qui est que le président partait le mercredi matin de notre retour", a-t-il avancé.  "La règle, c'est que dans toute la mesure du possible on essaie de faire en sorte que le Premier ministre ou le président de la République soit sur le territoire national", s'est justifié Édouard Philippe avant de conclure : "Ça coûte redoutablement cher et j'en suis parfaitement conscient, j'en suis tellement conscient que j'essaie de faire en sorte, contrairement à ce que peut donner le sentiment de cette photographie sur le Tokyo-Paris, de limiter les frais"

Rubriques

Société