Des navettes volantes pour se déplacer

Les SeaBubbles sont des engins qui “volent” au-dessus des flots. Seront-ils les prochains moyens de transports à Paris ?

Ces navettes, qui reposent sur le principe de l’hydroptère, ont été testées cette semaine sur la Seine. L’idée était de voir si leur présence est viable, dans le fort trafic du fleuve. Les premiers engins opérationnels pourraient être livrés au printemps 2020. Lundi, le PDG de SeaBubble a lancé les 5 jours d’expérimentation en conditions réelles. Sur la Seine, une série de tests a été effectuée sur ces navettes jusqu’au 20 septembre.

“C’est très confortable, on pourrait presque travailler ses dossiers à l’intérieur”, témoigne Magali Charbonneau, la préfète d’Île-de-France. La vitesse des SeaBubbles pose problème : pour pouvoir “voler” au-dessus du fleuve, ils doivent atteindre les 30 km/h. Malheureusement, la vitesse est limitée sur la Seine : les véhicules ne peuvent pas aller au-delà de 18 km/h. “Pour autoriser ce type d’engins, il leur faudrait une dérogation permanente”, explique Dominique Ritz, directeur du Bassin de la Seine à voies navigables. La startup a toutefois réussi à obtenir deux dérogations : les SeaBubbles peuvent dépasser et faire demi-tour.

Rubriques

Société