Départ de La France Insoumise : passe d'armes entre Raquel Garrido et le CSA

Ce dimanche, Raquel Garrido a expliqué son départ de La France Insoumise en affirmant qu'elle avait été contrainte de le faire par le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA). Ce qui a eu pour effet d'agacer l'institution.

Dans une interview accordée au JDD et publiée ce dimanche, l'ancienne porte-parole de La France Insoumise est revenue sur son retrait de la vie politique. Une décision qu'elle a confirmée sur le plateau des Terriens du Dimanche, dans laquelle elle intervient en temps que chroniqueuse hebdomadaire. Pour justifier sa décision de quitter sa fonction de porte-parole de La France Insoumise, Raquel Garrido n'a pas hésité à charger le CSA : 

"Le CSA m'a placée devant un dilemme. Soit renoncer à mon engagement politique, soit être décomptée FI. J'ai fait mon choix", a affirmé l'épouse d'Alexis Corbière.

Une version des faits qui a fortement agacé le Conseil supérieur de l'audiovisuel, lequel a tenu à mettre les choses au clair dans Le Lab d'Europe 1"Nous n'avons rien exigé de Madame Garrido. Nous n'avons évidemment rien demandé", a assuré l'autorité de contrôle, regrettant "la manière un peu biaisée" avec laquelle Raquel Garrido a annoncé "une décision personnelle""On ne donnerait jamais un message du style 'faites ci ou faites ça'", a martelé le Conseil.

Le CSA tient toutefois à rappeler que lorsque Raquel Garrido était encore porte-parole de La France Insoumise, son temps de parole à l'antenne de l'émission de Thierry Ardisson était bien comptabilisé comme relevant du temps de parole dans les médias de La France Insoumise. "Nous avons confirmé [aux producteurs du programme] que ce serait compté de la sorte, que c'était la règle. On applique les règles, point. Ensuite, c'est à l'éditeur ou à la personne concernée de prendre leurs décisions", a souligné le Conseil. 

Rubriques

Société