Paraplégique, elle n'est pas indemnisée

Au Mans, une jeune femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée par son compagnon a été jugée en partie responsable par le Fonds de garantie des victimes (FGTI).

Des faits qui remontent à 2013

Le 24 août 2013, une jeune femme appelle la police pour être protégée de son compagnon violent. Après leur intervention, les policiers lui conseille de quitter son domicile. L’heure tardive ne lui permet pas d’avoir un train de rentrer dans sa famille. Elle contacte le 115 ainsi que plusieurs amis, en vain.

Lorsqu’elle rentre à son domicile, son compagnon s’en prend à elle et défenestre la jeune femme de 25 ans. Elle sera retrouvée inconsciente au pied de l’immeuble lorsque les secours arrivent.

Une décision difficile à comprendre

Depuis ce drame, la jeune femme est paraplégique et son compagnon a été condamné à 15 ans de prison. Une première provision pour son indemnisation est fixée à 90 000 € en 2016. Cependant, l’indemnisation ne sera que partielle car le FGTI considère “qu’il y a partage de responsabilité et que la cliente a commis une faute civile en retournant à son domicile”.

Face à cette décision, les avocats ont fait appel et une nouvelle audience se tiendra le 27 mai 2019. La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a également qualifié cette décision de “profondément choquant et incompréhensible”.

Rubriques

Société