Afin de prévenir les dégradations sur les équipements du Crous, des capteurs ont été installés dans les lits de 10 étudiants. 

C'est un exercice tout nouveau dans lequel se lance le Crous de Rennes. À partir de la rentrée, dix étudiants vont être les cobayes des nouveaux capteurs, créés par la société Espace Loggia, installés dans les lits de la résidence étudiante du quartier de Villejean. Ces tests sont anonymes et les étudiants ne seront pas au courant si leur lit possède les fameux capteurs. 

Le but de cette expérimentation est, selon Paul Malignac, PDG d'Espace Loggia, de "permettre au Crous de mieux connaître l'état de son mobilier". 

Des capteurs wifi seront installés dans les coins du lit et les données seront envoyées au Crous afin de déterminer l'état d'usure des lits. Pour le PDG d'Espace Loggia, "En cas de mauvaise utilisation ou de détérioration, l'objectif est de faire remonter l'information en temps réel afin que les services techniques du Crous interviennent au plus vite".

Les capteurs ne sont pas là pour "fliquer" les étudiants

Pascal Guergnon, directeur du patrimoine et des achats du Crous Rennes-Bretagne, s'est exprimé sur le côté anonyme de l'expérimentation: "On voit plus cela comme un outil de maintenance" et se défend de vouloir s'introduire dans la vie privée des étudiants.

Contrairement à ce qui a pu être écrit, les données donneront seulement des informations sur l'état du lit et n'ont pas pour but de savoir "avec qui les étudiants passent leurs nuits ou s'ils ronflent quand ils dorment". 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !