Un chirurgien opère son patient pour connaître la gloire puis le laisse mourir

Un chirurgien italien a procédé à une greffe de trachée artificielle en 2011 sur un patient dont la tumeur ne nécessitait pas cette opération, tout cela pour obtenir un prix Nobel. Le patient est par la suite décédé dans d'atroces souffrances.

La soif de gloire de ce chirurgien aura coûté la vie à Andemariam Teklesenbet Beyene, un Éthiopien de 34 ans. Alors que celui-ci se voit diagnostiquer un cancer de la trachée en 2009, il subit une première opération dans un hôpital d'Islande afin de se faire retirer une partie de la tumeur cancéreuse. Suite à celle-ci et à l'aggravation de sa tumeur malgré l'opération, il est dirigé vers le chirurgien Paolo Macchiarini, un praticien déjà reconnu dans le monde médical pour avoir effectué la première greffe de trachée colonisée par des cellules souches. Mais malheureusement pour le jeune Éthiopien, son traitement miracle va très vite se transformer en tombeau. 

Un chirurgien sans éthique et sans diplômes

Le chirurgien italien propose à son patient atteint du cancer de la trachée une opération de la dernière chance, alors que des recherches réalisées par la suite ont prouvé que d'autres options moins risquées pour le patient auraient pu être réalisées. Andemariam subit alors une greffe de la trachée artificielle. La première au monde, celle qui doit mener le chirurgien à la postérité. Et tout se passe bien. Du moins officiellement, car officieusement le patient Éthiopien meurt d'une lente agonie, crachant son sang et n'arrivant plus à respirer. Macchiarini ne fait rien pour lui venir en aide, obnubilé par ses ambitions. Andemariam Tklesenbet Beyene décède le 30 janvier 2014.

Aujourd'hui en disgrâce, les investigations menées sur le praticien italien ont dévoilé une vie basée sur des dizaines de mensonges. L'homme n'a pas eu les diplômes qu'il prétend avoir et son CV est en partie factice. Ses agissements sont qualifiés d'"actes criminels" par ses confrères. Une enquête pour "homicide involontaire aggravé et coups et blessures" a été ouverte en Suède pour faire la lumière sur toute cette sombre histoire. 

Rubriques

Société