Carlos Ghosn attaque Renault

Ce vendredi 21 février, l’ex-PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, réclame une indemnité de départ à la retraite.

Carlos Ghosn a retrouvé son ancien employeur Renault devant le conseil de Prud’hommes de Boulogne-Billancourt, afin de réclamer une indemnité de départ à la retraite de 250 000 euros. En janvier, l’ancien chef franco-libano-brésilien a contesté les conditions financières de son départ : “Je réclame mes droits à la retraite ainsi qu’à tous les droits qui me sont acquis. J’ai d’abord voulu que cela se règle de façon amiable”. La France s’est indignée de cette saisine aux prud’hommes.

Le 23 janvier 2019, l’ancien dirigeant s’était retrouvé contraint de quitter ses fonctions de PDG de Renault. Durant son séjour en prison au Japon, Carlos Ghosn était soupçonné pour diverses malversations, qui ont été révélées par le constructeur japonais Nissan. Au printemps 2019, ce dernier a effectué des démarches pour liquider ses droits à la retraite. Son entourage a déclaré : “Il bénéficie du versement de cette pension depuis le 1er juin 2019, tant au titre du régime de base que du régime Agirc-Arrco. Or, en dépit de (…) ses demandes répétées auprès de [Renault], son indemnité de départ en retraite ne lui a toujours pas été versée”.

Rubriques

Société