Calais : six mois ferme pour un policier qui avait giflé un migrant

Pour sa défense, le policier avait expliqué qu'il s'agissait d'un geste involontaire contre une personne très agitée. Mais les juges ont suivi les réquisitions du parquet.

Les faits remontent à l'été 2016. Un policier avait giflé un migrant dans un centre de rétention installé près de Calais. L'agent, jugé jeudi à Boulogne-sur-Mer, a été condamné à six mois de prison ferme.

Membre de la police aux frontières, le policier escortait un migrant jusqu'à une salle de jugement du centre de rétention administrative de Coquerelles. Mais juste avant de l'amener devant le juge des libertés et de la détention, le policier avait giflé le migrant. Une greffière avait été témoin des faits et avait témoigné contre l'agent.

"C'était un geste malheureux de protection, il n'a pas voulu gifler", a affirmé Me Antoine Deguines, l'avocat du policier. "Cette personne était assez agitée, elle se relevait tout le temps, il a craint un coup de tête et a allongé le bras qui est allé sur le visage de la personne".

Le parquet avait souligné que le migrant était menotté lorsqu'il a reçu la gifle, demandant six mois de prison ferme. Le tribunal a suivi les réquisitions. Le policier est également interdit de port d'armes pendant cinq ans et interdit de fonction publique pendant deux ans avec sursis. 

Déjà condamné pour violences sur concubine, il avait alors été condamné à quatre mois de prison avec sursis. Un sursis qui a été révoqué.

Rubriques

Société