Brice Hortefeux dans le viseur de la justice pour "détournement de fonds publics"

L'eurodéputé et ancien ministre de l'Intérieur est visé par une enquête ouverte par le parquet de Paris pour "détournement de biens publics par une personne dépositaire de l'autorité publique".

Brice Hortefeux se retrouve une nouvelle fois dans le viseur de la justice, relançant au passage le débat sur les privilèges accordés aux anciens ministres. L'ex-ministre de l'Intérieur est visé par une enquête préliminaire pour "détournement de biens publics par une personne dépositaire de l'autorité publique" ouverte par le parquet de Paris, apprend-on ce mardi. Une enquête motivée par le dépôt d'une plainte de l'association anticorruption Anticor, confiée à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la PJ parisienne.

Un chauffeur et un garde du corps sollicités à des fins privées

En tant qu'ancien ministre de l'Intérieur de 2009 à 2011, l'ex-locataire de la place Beauvau bénéficie à vie d'une voiture avec chauffeur ainsi que de la protection d'un officier de sécurité armé, appartenant à la sous-direction de la protection (SDLP). Brice Hortefeux est soupçonné d'avoir sollicité les services de ces deux fonctionnaires à des fins privées, entre autres pour véhiculer les membres de sa famille, notamment ses enfants. 

En novembre dernier, Le Point révélait ainsi que Brice Hortefeux ordonnait régulièrement à son chauffeur privé de transporter sa mère, son épouse et ses trois enfants, parfois même de Paris jusqu'à Clermont-Ferrand. L'hebdomadaire rapportait également que l'un des chauffeurs de l'ex-ministre comptabilisait 387 heures de conduite uniquement pour le mois de septembre, soit le double de la normale autorisée. Il doit y avoir une erreur. [...] A 80%, les déplacements ne concernent que moi., commentait alors Brice Hortefeux.

Rubriques

Société