Belgique : une fillette kurde tuée lors d'une opération policière d'interception de migrants

La petite fille de deux ans, dont la famille est hébergée à Grande-Synthe, dans le Nord de la France, est morte ce jeudi en Belgique alors qu'elle se trouvait dans une camionnette transportant des migrants, qui a été interceptée par la police. 

Ce jeudi 17 mai en Belgique, une petite fille kurde de deux ans est décédée suite à l'interception d'une camionnette transportant des migrants par les policiers. Dans cette camionnette se trouvait l'enfant, ainsi que sa famille qui est hébergée à Grande-Synthe. 

Une course poursuite s'est engagée entre Namur et Maisières, et pour stopper le véhicule, les policiers ont ouvert le feu. Selon le premier substitut du parquet de Mons, l'enfant est mort dans l'ambulance qui l'emmenait à l'hôpital, et non au cours de la fusillade. "Une autopsie de la fillette est en cours", précisait Frédéric Bariseau, tout en expliquant que trois causes étaient possibles pour expliquer son décès : une maladie, un accident lié à la conduite du chauffeur ou bien un coup porté à l'enfant. Mais le magistrat ne retenait pas, ce jeudi, l'hypothèse selon laquelle la fillette ait pu être blessée dans la fusillade. 

La petite fille tuée par une balle perdue

Finalement, le premier substitut du parquet de Mons a rendu publique ce vendredi les résultats de l'autopsie de la fillette : «l'autopsie a permis de déterminer que la cause de la mort était une balle entrée au niveau de la joue», a-t-il expliqué ce vendredi, ajoutant «Je vais être prudent sur le fait que la balle puisse être d'origine policière. On doit confronter les constatations».

La police des polices belge, le Comité P, a ouvert une enquête à la demande du juge d'instruction. 

Dans la camionnette se trouvait 26 adultes, tous d'origine kurde. "Ces personnes sont actuellement auditionnées, ce qui devrait prendre du temps, en raison d'une nécessaire traduction", a précisé M. Bariseau.

Rubriques

Société