La mère n'en a même pas été informée...

Il pourrait s'agir d'un cas unique aux États-Unis, rapporte The Detroit News. Aujourd'hui âgée de 21 ans, une Américaine tombée enceinte à la suite d'un viol, alors qu'elle n'avait que 12 ans, a appris que son violeur disposait désormais de l'autorité parentale conjointe sur son fils. Une décision rendue par un tribunal du Michigan (États-Unis).

Le violeur récidiviste dispose désormais de l'autorité parentale conjointe sur l'enfant de sa victime

Pourtant, ni le violeur ni sa victime n'ont formulé une telle demande concernant l'enfant, né en 2009. "La démarche a été effectuée par le bureau du procureur comme c'est le cas lorsqu'une partie [ici, la mère] demande une aide sociale. Il n'a rien demandé. Il a reçu un ordre de filiation délivré par la cour le mois dernier indiquant qu'il bénéficiait légalement de l'autorité parentale conjointe et d'un droit de visite", a expliqué l'avocate de Christopher Mirasolo, condamné à un an de prison pour le viol de cette Américaine, puis finalement relâché au bout de six mois avant d'écoper de quatre ans de prison pour une autre agression sexuelle sur une jeune fille de 13 ans.

Me Rebecca Kiessling, l'avocate de la victime, a obtenu une audience devant le tribunal le 25 octobre dernier, afin de demander la protection de la mère et de son enfant. La victime a en outre expliqué ne jamais avoir consenti à ce que son et son adresse figurent sur le certificat de naissance de l'enfant, comme cela a pourtant bien été décidé par la justice.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !