Attentat de Trèbes : l'otage sauvé par le colonel n'a de cesse de penser à lui

La femme retenue en otage par le terroriste avant d'être sauvée par le geste héroïque du lieutenant-colonel de gendarmerie a passé plus d'une heure aux côtés de Redouane Lakdim qui menaçait de la tuer. Extrêmement traumatisée, cette femme n'a maintenant de cesse de penser à Arnaud Beltrame, qui en se proposant comme otage à sa place, lui a sauvé la vie.

Ce vendredi, une femme de 40 ans a eu la vie sauve grâce au geste héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame lors des attaques terroristes dans l'Aude. Selon BFMTV, la quadragénaire était caissière dans le Super U de Trèbes depuis plus d'un an lorsque Redouane Lakdim, Français d'origine marocaine, a décidé de passer à l'acte. 

Cette femme, miraculée, est encore tellement choquée qu'elle n'a pas eu la force d'assister à la messe célébrée en hommage aux victimes de la prise d'otages, dont elle faisait partie. Mère d'une petite fille, elle doit la vie au lieutenant-colonel de gendarmerie avec qui elle a été échangée. Mais avant que son calvaire ne finisse, elle aurait été confrontée au terroriste pendant plus d'une heure. Ce dernier lui aurait maintenu son arme à feu appuyée contre sa nuque pour la contraindre à ne pas bouger. 

L'otage aurait alors fait preuve d'un grand sang-froid en dialoguant avec Redouane Lakdim et en lui expliquant qu'il ne pouvait pas la tuer et qu'il ne devait lui faire aucun mal. La panique se serait toutefois emparée d'elle au moment de l'échange avec Arnaud Beltrame. Le colonel qui se trouvait dehors avec ses hommes a volontairement pris sa place. Grièvement blessé lors de l'assaut des forces de l'ordre, il est décédé le lendemain. Depuis, l'otage miraculé n'a de cesse de penser à lui, qui a donné sa vie pour sauver la sienne. 

Rubriques

Société