Après avoir été condamnée à 15 ans de prison pour fausse couche, une Salvadorienne est enfin libérée

Les lois contre l'avortement sont très strictes au Salvador : d'après le Code Pénal, avoir recours à l'avortement peut engendrer jusque huit ans de prison, et la perte d'un bébé jusque 50 ans, ce dernier cas étant considéré comme un «homicide aggravé». 

La jeune Maira Figueroa a subi les conséquences des législations très lourdes dans son pays : cette dernière avait été condamnée à 30 ans de prison à cause d'une fausse couche, mais a été libérée dernièrement suite à une réduction de ses peines. 

Arrêtée pour fausse couche

Maira Figueroa a vu sa vie basculer après avoir perdu son dernier enfant. Si cette perte était déjà difficile moralement, son pays ne lui a pas fait de cadeau en la condamnant à 30 ans de prison. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 34 ans, est tombée enceinte à l'âge de 19 ans suite à un viol. Elle a ensuite perdu son bébé quelques mois plus tard, et ensuite été "arrêtée et accusée d’avoir provoqué la fausse couche" selon le collectif Regroupement citoyen pour la légalisation de l’avortement

Une peine de 30 ans 

C'est grâce à ce dernier collectif que la jeune femme a pu bénéficier d'un recours en justice. En effet, la trentenaire qui avait été condamnée à 30 ans de prison a vu sa peine baisser à 15 ans. Elle a récemment été libérée et aurait déclaré «je suis heureuse d’être avec ma famille».  
Maira Figueroa représente la deuxième Salvadorienne à avoir bénéficié d'un recours en justice, la première étant Teodora Vasquez qui a été libérée après avoir passé 11 ans en prison suite à une fausse couche. 

L'association Amnesty International se bat chaque jour pour aider les 26 autres femmes emprisonnées pour fausse couche dans leur pays. 

Rubriques

Société