Amputé d'une jambe suite à une fracture, il attaque en justice l'hôpital

Amputé d'une jambe après se l'être fracturée en réalisant une acrobatie sur un trampoline, un jeune grenoblois de 20 ans a décidé de poursuivre l'hôpital qui l'a pris en charge, car il considère que son amputation aurait pu être évitée s'il avait été pris en charge convenablement. 

Thomas Veyret a perdu une jambe en février 2017 à la suite d'une fracture qui a été, d'après lui, mal gérée par les médecins du CHU qui l'ont pris en charge.

Alors qu'il s'amusait sur un trampoline, Thomas Veyret s'est fracturé une jambe. Christophe, qui travaille pour le complexe de loisir dans lequel le jeune garçon s'est brisé la jambe, appelle alors le SAMU. La discussion entre le médecin et Christophe, à laquelle Le Parisien a eu accès, montre que le médecin ne semble au début pas très concerné par la blessure de Thomas et répond de manière agacée à l'employé. "Ton genou, tu peux pas le remettre dans l'axe ?" demande-t-il à Thomas qui s'efforce de faire de son mieux : "Je vais essayer. Attendez. Là j'y vais doucement." Ce à quoi le médecin répond: "Va doucement, mais j'attends depuis un moment, là...". Finalement, le médecin du SAMU décidé de faire prendre en charge Thomas Veyret par les pompiers. 

Des erreurs commises à l'hôpital

Arrivé à l'hôpital, le jeune grenoblois pensait être tiré d'affaires, mais il n'est en fait qu'au début de son calvaire. Alors qu'un angioscanner doit être réalisé à 3 heures du matin, il n'aura finalement lieu qu'à 10 heures et montrera que l'artère irriguant le sang dans sa jambe s'est "arrêtée net" lors de sa fracture, chose qui aurait pu être détectée sept heures plus tôt et qui aurait permis au jeune homme de garder sa jambe. Car c'est à cause de ce scanner trop tardif que Thomas a dû être amputé. S'il avait été pris en charge à temps, sa jambe aurait été sauvée. C'est pour ces raisons que lui et son avocat, Me Edouard Bourgin ont décidé de poursuivre le CHU de Grenoble au pénal. "On sait que, pour ce type de blessure, la première chose à faire est de vérifier l'artère. (...) Le médecin du CHU qui a prescrit le scanner ne s'est pas assuré de sa réalisation immédiate", a expliqué l'avocat de Thomas.

Rubriques

Société