Ambulancier, il tuait des personnes en fin de vie au profit des pompes funèbres

En Sicile, un brancardier soupçonné d'avoir tué plusieurs personnes en fin de vie, contre rétribution financière, a été arrêté. 

Son activité macabre était liée à la mafia sicilienne. L'homme, âgé de 42 ans, est accusé d'avoir provoqué intentionnellement la mort d'au moins trois personnes âgées, malades et en phase terminale, en leur injectant un produit dans les veines durant leur transfert à l'hôpital.

Le brancardier avertissait par la suite des entreprises locales de pompes funèbres liées à la mafia qui s'occupaient alors des services funéraires, profitant de la détresse des familles en deuil, a rapporté un repenti à la télévision sicilienne. 

300 euros par patient mort

« Comme les victimes étaient en fin de vie, et qu’elles seraient mortes de toute façon, il leur injectait de l’air dans les veines et le malade mourait par embolie », a expliqué cette source à la justice. 

Pour chaque patient mort et transféré aux pompes funèbres, l'homme touchait 300 euros. Dans le cadre de cette enquête, qui porte sur une cinquantaine de décès suspects depuis 2012, deux autres brancardiers ont été interrogés par les enquêteurs. 

Rubriques

Société