Alexia Daval « n'était pas violente du tout », affirme l'une de ses anciennes collègues

Dès le lendemain de la mise en examen de Jonathann Daval pour meurtre sur conjoint, son avocat a souligné dans les médias la prétendue violence dont aurait fait preuve Alexia Daval à l'encontre de son conjoint. Les proches de la jeune femme ne peuvent croire ses affirmations. 

Alexia Daval était une jeune femme « très ouverte, souriante et accueillante », se souvient l'une de ses anciennes collègues, Laurinda, auprès de BFMTV. La jeune femme de 29 ans qu'elle côtoyait au Crédit Mutuel était pleine de vie, affirme-t-elle. « Elle était heureuse de vivre, elle avait toujours le sourire, elle était très complice avec ses collègues de travail. Elle dégageait de la joie de la vivre ».

Pour Laurinda, il est très difficile d'imaginer Alexia Daval se montrer violente envers son mari Jonathann, qui ce mardi a avoué l'avoir tuée. Des violences dénoncées par l'avocat de Jonathann Daval, dès le lendemain de la mise en examen de son client pour meurtre sur conjoint. 

« Connaissant la personne qu'elle était, toujours souriante, je me suis dit 'c'est pas possible'. Elle n'était pas violente du tout, elle n'était pas rabougrie, pas triste. Elle avait toujours le sourire, présentait très bien. Elle n'avait pas l'air d'être malheureuse dans sa vie de tous les jours », souligne son ex-collègue. Alexia était « toujours en train de plaisanter », « c'était quelqu'un de très jovial », assure-t-elle encore. 

Pour sa part, l'avocat de Jonathann Daval affirme dans les médias qu'Alexia était en proie à des crises de violence dues, selon lui, à un médicament contre l'infertilité qu'elle prenait. Aux côtés de son épouse, Jonathann se sentait « écrasé, rabaissé », soutient le conseil. Une ligne de défense inacceptable qui révolte les proches de la victime et notamment sa tante. « C’est inacceptable. On a l’air d’inverser les rôles. On ne peut pas l’accepter. C’est lui le gentil et c’était ma nièce la méchante? Non, non, ce n’est pas comme ça », a dénoncé Roberte, interrogée par BFMTV ce mercredi.

Rubriques

Société