Grégory Gay, le beau-frère d'Alexia Daval, ainsi que son épouse - soeur de cette dernière -, ont accordé un entretien à BFMTV, qui sera diffusé ce jeudi soir à 19h sur la chaîne d'information. Accusé par Jonathann Daval, le mari de la victime, de l'avoir étranglée au domicile de ses parents, Grégory Gay se défend.

En janvier dernier, après des semaines de mensonges, Jonathann Daval finissait par avouer avoir tué sa femme, Alexia, au cours d'une violente dispute. Il assurait alors qu'il s'agissait d'un accident, et qu'il n'était pas à l'origine de la calcination du corps. Coup de théâtre, fin juin, l'informaticien de 34 ans revenait sur ses aveux, assurant cette fois-ci que le meurtre aurait été commis par son beau-frère, Grégory Gay, au domicile de ses beaux-parents.

Grégory Gay et son épouse Stéphanie, la soeur d'Alexia, ont accepté de répondre aux questions de BFMTV dans un entretien qui sera diffusé en intégralité ce jeudi soir.

"C’est l’ahurissement, c’est la consternation, on n’est pas préparé pour ça. On n’a jamais envisagé ça. L’ahurissement dure pendant toute notre audition. Il y a seulement quelques heures où on commence à réaliser ce qu’il se passe, la portée de ce qu’il a dit", commence par expliquer Stéphanie Gay. Puis, Grégory Gay intervient : "Cette histoire n’aurait jamais dû sortir dans aucun média. Je suis là pour dénoncer ces fuites odieuses. Ça dépasse les petites fuites qu’on avait déjà pu connaître, c’est extrêmement grave, car c’est de la dénonciation calomnieuse à notre encontre et à moi en particulier parce qu’il m’a quand même donné un sacré rôle dans cette histoire", dénonce-t-il, avant de souligner : "Jonathann n’aurait jamais pu faire sortir ça seul de sa petite prison. Les fuites, c’est plusieurs personnes."

"On en vient à se demander si ce n’était pas prévu. Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ?"

A la question de savoir pourquoi Jonathann Daval soutient désormais une telle version, Grégory Gay avance plusieurs explications : "Il a l’air d’être assez narcissique. Ma première hypothèse, c’était qu’il puisse m’en vouloir d’être aujourd’hui le seul gendre de la famille Fouillot. Ça peut lui être très désagréable." "La deuxième hypothèse que j’ai eue, depuis que j’ai compris qu’il a pu avoir accès à mes PV d’auditions auprès des enquêteurs, il a donc pu en voir le contenu, moi je sais très bien ce que j’ai dit, peut-être qu’il y a vu quelque chose qui lui a fait peur. Peut-être que j’étais sur la bonne voie dans mes hypothèses, et c’est pour ça qu’il a voulu me charger."

Pour le reste, Grégory Gay reste persuadé que son beau frère, Jonathann, a bénéficié d'une complicité. "Tout ce que je sais c’est que Jonathann était capable de nous mentir de manière précise, efficace. Dans tous ses aveux, il y a une constante : il ne nous dit pas qu’il a brûlé le corps. Ce qui laisse entendre qu’il y a forcément quelqu’un qui l’a fait, ce qui laisse sous-entendre qu’il y a un complice quelque part", soutient-il. Un avis partagé par sa femme Stéphanie : "Il y a l’incendie qu’il a toujours nié, on en vient à se demander si ce n’était pas prévu. Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ?"

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !