Affaire Théo : Trois des quatre policiers mis en cause réintégrés, la famille outrée

Trois des quatre policiers mis en cause dans l'affaire Théo, le jeune homme présumé violé avec une matraque lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) il y a un an, ont été réintégrés dans la police. Une décision qui indigne profondément la famille de Théo.

« Comment peut-on laisser faire cette chose-là ? On est en attente de justice, nous, et de voir que personne ne s’indigne, c’est ce qui me révolte le plus ». Eléonore Luhaka, la soeur de Théo, gravement blessé il y a un an lors de son interpellation, ne décolère pas.

Il y a un an, les quatre policiers mis en cause dans le viol présumé de son frère Théo à Aulnay-sous-Bois, lors de son interpellation, étaient suspendus. Si l'un des quatre fonctionnaires de police, mis en examen pour viol, reste suspendu, les trois autres, inculpés pour violences volontaires en réunion, ont été réintégrés. Le premier a été affecté en Seine-Saint-Denis, le deuxième policier a été muté en province et le troisième attend également une affectation en province. 

Une décision qui provoque la colère de la famille de Théo et l'incompréhension chez ses proches. 

« La police se doit d’être exemplaire », souligne la soeur du jeune homme, reprenant ainsi les termes employés par Bernard Cazeneuve, alors Premier ministre, à propos de cette affaire qui avait engendré plusieurs nuits de violences.

D'après Eléonore Luhaka, Théo ne s'est toujours pas remis de son viol présumé et la nouvelle de la réintégration des trois fonctionnaires dans la police nationale l'affecte profondément. « Il fait bonne figure mais il est pas bien, Théo, ni physiquement ni moralement. Il attend beaucoup de la justice, mais là, en réintégrant les policiers, quel message on envoie à Théo ? ».

 

Rubriques

Société