D'après l'une des plaignantes qui accusent Tariq Ramadan de viol, l'islamologue actuellement en détention provisoire aurait laissé une tâche de sperme sur le vêtement, lors de l'une des neufs agressions sexuelles dont elle l'accuse. Une robe que la plaignante aurait conservé depuis 2013. 

Tariq Ramadan, en prison depuis février pour des accusations de viols, pourrait bien être contraint de revoir sa stratégie de défense, rapporte FranceInfo. Ce mercredi 18 avril, les juges d'instruction ont demandé officiellement que soit expertisée une robe appartenant à la troisième femme qui accuse l'islamologue de viol. Ce vêtement de taille XS, de la marque Zara, est une petite robe noire à dos nu. D'après la plaignante, Tariq Ramadan y aurait laissé une tâche de sperme au centre, durant l'une des neuf agressions sexuelles dont elle l'accuse. 

Tariq Ramadan contraint d'avouer son infidélité ?

Une robe qui pourrait bien contraindre le prédicateur suisse de 55 ans à faire évoluer sa stratégie de défense en reconnaissant au moins une relation extraconjugale avec l'une de ses accusatrices, alors même que l'islamologue prône la sagesse dans le mariage dans ses écrits et lors de ses conférences. Jusqu'ici, Tariq Ramadan contestait toute relation sexuelle avec ses accusatrices. 

Depuis peu, Tariq Ramadan se trouve également accusé de viol par une citoyenne américaine et depuis huit jours, par une citoyenne suisse. Toutes deux ont engagé, en plus des trois plaignantes françaises, des poursuites contre l'islamologue. 

Tariq Ramadan peut être maintenu en détention

Ce mercredi, une expertise judiciaire a conclu que l'état de santé de Tariq Ramadan, qui affirme souffrir d'une sclérose en plaques depuis 2006, n'est pas incompatible avec son maintien en détention sous réserve qu'il puisse voir régulièrement un kinésithérapeute. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !